Coaching des interdépendances

Le coaching des interdépendances par le Metteur en Mots

Le coaching des interdépendances® s’appuie sur des fondements théoriques solides pour mettre en œuvre des pratiques efficaces.

Une pratique aux fondements théoriques solides

  • En première ligne des fondements théoriques de la pratique de coaching professionnel par Le Metteur en Mots®, on trouve les démarches cognitives et comportementales.

Celles-ci consistent à faire prendre conscience au coaché que ses pensées dysfonctionnelles (« croyance irréaliste » (CI), et « pensée automatique » (PA)) sont à l’origine de ses émotions et comportements contre-productifs.

Une croyance irréaliste (CI) est une « proposition » fabriquée par le coaché, et tenue pour vraie par lui, même si elle n’est pas vérifiée par les faits. Elle produit des comportements et des pensées automatiques (PA) contre-productifs, et peut être source d’émotions négatives disproportionnées.

Les pensées automatiques (PA) sont des « flots de pensées préconscientes qui coexistent avec le flux des pensées conscientes du coaché ». Les PA sont « au seuil de la conscience » et font soudain irruption. Elles sont le fruit d’axiomes prêts à l’emploi. Le coaché les accepte inconditionnellement et fabrique à partir d’elles ses émotions, ses comportements, ou ses réactions. Les PA deviennent assez prévisibles une fois que les croyances de l’individu sont identifiées. Un des objectifs du coaching cognitif et comportemental (CCC) est « d’assouplir » les représentations du coaché pour lui permettre d’agir de manière plus efficace.

Le CCC est un accompagnement collaboratif et éducatif, mené ici et maintenant par un coach. Il est destiné à aider un coaché à élaborer, puis mettre en œuvre, un plan d’action opérationnel, destiné à atteindre une série d’objectifs définis dans la sphère professionnelle et/ou sociale. Tout au long du suivi de la mise en œuvre de ce plan d’action, coach et coaché identifient, déstabilisent et font évoluer les contenus et processus de pensée du coaché qui s’opposent à la réalisation effective de ces actions. Ainsi, le coaché, « ambassadeur de son propre monde », apprend à mieux cerner les contours de son univers, et à respecter celui de ses collaborateurs avec qui ils sont en relation.

  • L’utilisation d’éléments d’analyse transactionnelle (AT), approche créée par Éric Berne dans les années 50, permet de travailler sur les interactions intervenant en entreprise.

L’AT est une théorie de la personnalité qui permet d’étudier la nature des relations que les individus mettent en place entre eux. Selon elle, chacun peut se trouver tour à tour dans les personnages du « Parent », de l’« Adulte » ou de l’« Enfant » qui le place dans un rôle, et dans un rapport de domination, d’échange ou de soumission. Des clés de compréhension apparaissent alors pour prendre conscience des processus relationnels qui sont à l’œuvre dans une relation managériale ou au sein d’une équipe. Elles permettent de dépasser un certain type de réactions, ou d’éviter de jouer un rôle qui ne correspond pas forcément à celui que l’on souhaite.

  • Naturellement, ces outils (de CCC, d’AT…) sont à l’œuvre dans un univers systémique.

Issue des recherches de l’école de PALO ALTO dans les années 50-70, l’analyse systémique prend en compte l’ensemble des éléments du système dans lequel évolue une personne ou une équipe et permet d’analyser la nature des interactions entretenues avec les éléments de ce système en l’occurrence l’entreprise.

Des éléments de sociologie des organisations complètent la démarche de coaching. Ce domaine est une branche de la sociologie qui étudie comment les acteurs construisent et coordonnent des activités organisées. Elle étudie les entités particulières nommées organisations, ainsi que leurs modes de gouvernance et leurs interactions avec leur environnement.

Les bases du “coaching des interdépendances” ®

  • Le Metteur en Mots® inscrit sa pratique plus particulièrement dans une sociologie des interdépendances, développée entre les années 1970-90 par Norbert Elias, pour mieux saisir la « dynamique des relations humaines ». Selon lui, la structure des interrelations dans lesquelles les individus vivent, et celle de leur identité propre évoluent de concert. Dans ce cadre, Elias aborde la notion d’identité individuelle dans un rapport entre « identité du je » (ce qui différencie les individus) et « identité du nous » (ce que les hommes ont en commun). Cette approche permet une meilleure compréhension d’« un plus grand autocontrôle des individus sur eux-mêmes » à l’œuvre dans la société du XXIe siècle. La transformation moderne essentielle de la structure de la personnalité réside pour Elias dans ce déplacement du mode de contention des émotions, assigné à un dispositif intériorisé de censure, et non plus à une autorité située en dehors de l’individu.

C’est à partir de la sociologie des interdépendances et de son doctorat de sociologie des organisations : “Faire société en entreprise d’insertion”, que Le Metteur en Mots® a développé le coaching des interdépendances®.

Cette pratique de coaching prend en compte votre situation dans ses dimensions professionnelle et personnelle à partir de neuf éléments répartis en trois dimensions.

Un questionnement est effectué sur chacun de ces éléments,qui permet de :

  • préciser votre demande (entre votre “état actuel” et un “état souhaité”)
  • établir un diagnostic personnel de forces et faiblesses
  • construire des objectifs “SMART” (Spécifiques (clairs, précis), Mesurables, Atteignables, Réalistes, fixés dans le Temps)
  • alimenter votre plan d’action.

Les approches et domaines présentés ci-dessus sont utilisés en fonction des besoins de la personne accompagnée et du contexte de l’intervention.

Utilisez les liens suivants pour revenir à la page précédente ou pour revenir à la page d’accueil